Publié le 16/03/2016 dans , , , , ,

5 règles pour trouver l’associé idéal

5 règles pour trouver lassocié idéal long chemin pour trouver son associe 300x199 L’entrepreneuriat est un long chemin où l’on doit souvent s’armer de courage pour y affronter les nombreuses difficultés. Pour augmenter ses chances de survie quand le bateau tangue, il est important de bien savoir s’entourer, de trouver les meilleurs matelots pour rester à flot. Si la métaphore du bateau est utilisée ici, c’est parce que de nombreuses entreprises ont coulées, faute de n’avoir su fonder une équipe compétente et soudée pour faire face aux difficultés voir même très souvent au succès. La recherche d’un associé ou partenaire est donc une étape indispensable pour tout entrepreneur souhaitant favoriser le développement de son projet. Cela dit, s’associer n’est pas sans risques car une mauvais associé ou mauvais partenaire peut parfois conduire à de sérieux dégâts. Partant de ce constat, quelles sont les 5 règles de base à appliquer pour trouver l’associé parfait ?

 

1) Définir ses objectifs et sa recherche :

Avant d’engager la chasse au meilleur associé, il est essentiel de définir ses objectifs et le profil de sa recherche. Si cela semble simpliste, il est tout de même très fréquent de voir des boites couler à cause d’une mauvaise définition de ses objectifs et recherches. Pour illustration, une entreprise ayant pour objectif de développer son site internet, aura dans un premier temps besoin de définir l’importance de la tâche ainsi que le niveau de l’associé à embaucher. Il serait par exemple ridicule de voir une boulangerie s’associer avec un webmaster ultra qualifié et coûteux, pour développer son site internet qui n’a aucun impact direct sur sa clientèle.

Bien définir votre recherche d’associé vous permettra d’élaborer un profil type pour atteindre vos objectifs. Ce profil type s’articule donc entre les compétences recherchées, la vision commune et la définition des objectifs qui feront évoluer l’entreprise.

 

2) Partager plus que des compétences :

Si trouver l’associé idéal peut se mesurer dans le fait de trouver le plus compétent, cela peut aussi se traduire par une très mauvaise collaboration et une perte de temps. Les compétences sont certes indéniables, mais il y a des facteurs qui le sont tout autant : Les facteurs humains et émotionnels.

Vous pouvez avoir trouvé le plus grand génie qui existe dans votre domaine, s’il ne partage pas vos idées, il ne sera jamais de votre côté. Prendre le temps de connaître son associé, poser les bonnes questions pour connaître ses valeurs et sa personnalité comme partager les mêmes ambitions et la vision d’un projet, est essentiel pour entamer une collaboration. Il vaut mieux privilégier quelques degrés moindres de compétences pour une personnalité motivée et motivante, plutôt que de jeter son dévot sur le plus compétent mais également le plus contraignant. Il faut de tout pour faire un monde et il est même possible de trouver l’associé le plus compétent et le plus proche de ses valeurs. L’essentiel étant de vouloir avancer dans la même direction et avec les mêmes aspirations.

 

3) Communiquer autrement :

Trouver l’associé parfait pourrait se comparer à trouver l’âme sœur, mais en réalité c’est sûrement plus compliqué que cela. Le but n’est pas de partager une vie pour le meilleur et pour le pire, mais de tout partager (son temps, ses idées, son argent et sa santé) pour bien souvent le pire, à savoir beaucoup, beaucoup, beaucoup de travail. Voilà pourquoi dans l’entrepreneuriat toute victoire se fête dignement, car les épreuves sont très nombreuses notamment lors des premières années.

Il faut donc mettre l’accent sur une communication franche, sincère et honnête pour lever le voile sur toute ambiguïté ou vice de forme. Il ne faut pas avoir peur d’être direct et de partager ses doutes ou ses certitudes pour espérer recevoir la pareille, et pouvoir ainsi communiquer en toutes circonstances. Communiquer autrement, ce n’est plus penser à défendre ses arguments, mais de défendre uniquement ceux de l’entreprise. C’est exprimer ses remarques ou idées dans l’unique but de faire évoluer un projet dans lequel votre associé se sentira concerné. Laisser de côté ego et susceptibilité permet également de pouvoir régulièrement accepter de « challenger » ses idées et de les faire évoluer. La CNV ou communication non violente est une bonne porte d’entrée pour favoriser la communication entre associés ou partenaires.

 

4) Mesurer le courage de son associé

Dans la « Silicon Valley » cela se produit tous les jours, mais il est assez fréquent de voir des collaborateurs ou associés arriver dans une boite, et repartir quelques jours plus tard complètement démoralisés. Comme expliqué précédemment, si des associés peuvent afficher de grandes compétences techniques, ils peuvent également se montrer très fragiles face à certaines situations. Si la communication franche et sincère est importante, c’est parce qu’elle va vous permettre d’être transparent sur vos attentes et sur le travail demandé, sans mauvaises surprises pour votre futur associé. Il ne faut parfois pas hésiter à en rajouter, car une fois votre associé mis au parfum des nombreuses difficultés qui l’attend, s’il vous rappel, c’est que c’est plutôt bon signe.

 

5) Se poser les 5 bonnes questions :

Enfin il important de conclure un pacte d’associé après s’être posé les bonnes questions qui sont souvent les plus fréquentes et partagées :

  • Quelles sont les compétences de mon associé et comment les valoriser ?
  • Quels sont ses fondements et les valeurs qui motivent mon associé ?
  • Quelle est la vision à court, moyen et long terme de mon associé ?
  • Quelle est la manière de travailler et les conditions de productivité de mon associé ?
  • Quelles sont les limites et les craintes de mon futur associé. ?

 

Il est enfin essentiel de partager les mêmes objectifs et de tendre vers les meilleurs résultats, car il est assez rare de voir des associés s’apprécier, quand ils sont constamment dans l’adversité. Voilà pourquoi malgré toutes ces petites règles, la plus importante reste le développement de votre entreprise et donc la création de richesses. Vous pouvez donc passer pas mal de règles si un associé ne correspond pas à vos critères, mais vous propose en revanche, d’investir tout son capital dans votre projet…

 

Crédit photo : Shutterstock

 

Plus d'articles sur : , , , , ,

trouver-des-clients---bas-blog

 

abo-blog