Publié le 10/05/2014 dans ,

Bootstrapping or not Bootstrapping : les top conseils d’un professionnel !

Bootstrapping or not Bootstrapping : les top conseils dun professionnel ! 4579094595 3280a3a79c

On peut lire parfois que le fameux mot « boostrapping » trouve son origine dans les Aventures du Baron de Munchausen. Ce dernier se trouvant ainsi coincé avec son cheval dans des marécages réussit à s’en extirper après avoir eu l’idée de tirer sur sa propre queue de cheval.

Quelle est la relation avec le bootstrapping? il n’y en a pas vraiment, si ce n’est que cette histoire en a inspiré une autre histoire aux Etats Unis au 19ème siècle où un jeune cow-boy tirait sur ses bootstraps afin de sortir lui aussi d’une situation risquée.

Si le boostrapping est un mythe, c’est aussi la réalité pour de nombreux entrepreneurs qui se lancent courageusement dans les marécages des affaires.

Rassurez vous, il n’est pas nécessaire de porter des Santiags ou une queue de cheval pour lancer une entreprise. Par contre il est essentiel d’apprendre à se débrouiller seul et avec peu de moyens.

Le temps où le Business Angel qui croyait en un projet sur la base de l’idée, investissait sans compter, est révolu. Il faut aujourd’hui être capable de présenter ce que l’on appelle un projet quasiment abouti et une traction d’activité afin d’espérer pouvoir convaincre. Enfin, lorsqu’il est temps d’aller rencontrer les Anges Investisseurs, il ne faut pas oublier que le long chemin de croix prendra plusieurs mois, mois pendant lesquels les dépenses elles ne font pas de pause.

Le boostrapping, c’est la débrouille.

C’est la capacité de faire le maximum avec un minimum de ressources, de savoir que dans une journée il y a 24 heures, et qu’après ses premières 35 heures de travail dans la semaine, on peut en trouver encore 50 autres pour réaliser ses projets d’entrepreneur. C’est enfin la certitude de rester pour un temps maître chez soi.

Le boostrapping a bien des mérites. Tout d’abord il vous permet de garder la liberté de gérer le peu de cash disponible comme bon vous semble.

Vous allez pouvoir faire vos propres choix, en fonction de vos moyens. L’équipe sera probablement réduite, les processus de décisions courts, le plus souvent limités à vous même. Une situation idéale pour pivoter rapidement si besoin.

Car vous allez très vite vous apercevoir que vos investissements doivent payer rapidement. Votre focus va être sur les besoins de vos clients que vous prendrez en compte très sérieusement.

Si l’aventure est un succès, qui sait, vous serez aussi décisionnaire de l’allocation des profits de votre entreprise, et peut-être choisirez vous de ne jamais lever de fonds !

Bootstrapper, c’est donc savoir investir peu et bien, mais cela peut ne pas suffire. Certains vont développer une petite activité de conseil, qui souvent permet aussi d’avoir un pied chez le client, d’autres vont chercher un travail « alimentaire » afin de pouvoir investir le reste de leur temps au projet.

Pour avancer dans vos projets, vous ne devez pas oubliez que vous avez la chance d’être en France. A ce titre, de nombreuses aides à l’amorçage vont pouvoir vous épauler dans ces premiers moments difficiles. On peut parler de la bourse French Tech par exemple lancée en Mars 2014.

Trop bootstrapper peut nuire à votre projet

A trop boostrapper, vous risquez en effet de faire des erreurs ou de ne pas identifier de réelles opportunités de croissance. Vous allez par exemple faire des choix d’économies sur des postes importants. Dans les structures que j’accompagne, j’entend trop souvent des phrases comme : «  Je n’ai pas besoin de payer un avocat puisque la tante de ma meilleure amie dirige un cabinet et me donne un coup de main quand je le souhaite »… dites-vous juste que compte tenu du taux horaire de cette tante, elle risque de ne pas regarder de manière extrêmement détaillée vos statuts ou vos conditions générales de ventes, au risque de vous mettre en difficulté un jour. Bootstrapper signifie aussi très souvent avoir le nez dans le guidon. Et vous n’aurez peut-être pas le temps ni l’idée de prendre du recul, ratant ainsi parfois de belles opportunités. Faites vous accompagner ! échangez avec d’autres entrepreneurs ! ces échanges ne pourront que vous permettre de sortir de votre quotidien probablement difficile.

Alors Boostrappeuses, bootstrappeurs, je n’aurai qu’un seul mot : foncez !

Le boostrapping est une expérience difficile, éprouvante, mais tellement riche et formatrice!

Crédit Photo :  Anna Lena Schiller

Plus d'articles sur : ,

trouver-des-clients---bas-blog

 

abo-blog