Publié le 11/03/2015 dans

Comment demander une augmentation et l’obtenir : merci la CNV !

Demander votre augmentation annuelle peut facilement tourner au désastre et ruiner vos relations professionnelles avec votre n+1. Voici une méthode pas-à-pas pour demander et obtenir une augmentation salariale grâce à la CNV.

 

Qu’est-ce que la CNV ?

La CNV, ou Communication Non-Violente, est une méthode pour dialoguer en respectant à la fois vos besoins et ceux de votre interlocuteur.trice.

Voyez-vous, le problème dans une demande d’augmentation, c’est que vous êtes persuadé.e que vous méritez cette augmentation sans pour autant connaître entièrement les contraintes de votre entreprise. Il y a un ajustement à faire entre ce que vous pensez mériter et ce que votre entreprise peut ou veut vous offrir. La CNV vous permet, à vous et à votre interlocuteur, d’explorer ensemble les tenants et les aboutissants de votre demande, dans un climat apaisé et détendu  : chacun.e exprime ses besoins et ses contraintes, en sortant d’une attitude d’accusation.

Il existe trois positions communicantes habituelles. Il s’agit de la victime, le.la bourreau et le.la sauveur.se.

En tant que victime, vous êtes sous le coup de l’injustice. Quelque chose s’est produit que vous pensez ne pas mériter et vous réclamez (parfois haut et fort, parfois en bougonnant) le juste rétablissement d’une situation à votre avantage. Tout conspire à vous maintenir la tête sous l’eau.

En face, il y a la personne (votre entreprise, votre chef, votre collègue…) qui vous accable : c’est le bourreau. C’est par cette personne que vous êtes dans votre situation actuelle, c’est SA faute. Vous pouvez même penser qu’il ou elle le fait exprès et prend du plaisir à s’acharner contre vous.

Enfin, il y a celui ou celle qui vient vous sauver, qui vient vous apporter la clef de votre délivrance. Cette personne, vous avez envie de la remercier, de lui faire plaisir, vous pouvez même vous sentir en dette vis-à-vis d’elle.. elle ne peut pas se tromper, puisqu’elle a agit pour le bien de tous, c’est-à-dire le vôtre, et qu’elle a réajusté une situation injuste.

Tout le monde se retrouve très couramment dans ce triangle de communication et de façon indifférente dans l’une ou l’autre des positions. Chacun.e d’entre nous pouvons être tour à tour victime, bourreau ou sauveur : le problème, c’est qu’aucune de ces positions n’aborde réellement la situation exposée en toute objectivité. Nous avons appris à parler et non à communiquer sainement.

La CNV permet de se décaler de ce triangle et d’aborder une conversation de manière concrète, ouverte et attentive : le meilleur moyen possible pour obtenir votre augmentation !

 

Pourquoi demander une augmentation ?

Il existe plusieurs cas de figures dans lesquels vous pouvez vous sentir légitime dans votre demande :

  • vos fonctions ont évolué ou bien vous avez changé de poste au sein de votre entreprise
  • vous avez une réussite particulière à votre actif ou êtes à l’origine d’une plus-value importante
  • votre salaire est en-deçà de la moyenne nationale
  • vous allez démarrer ou avez terminé un projet coûteux en temps et en énergie

Dans tous les cas, il est souvent conseillé d’attendre la période des entretiens annuels pour faire votre demande : ce moment avec votre n+1 permet de mettre les choses tout à plat et il.elle s’attendra à ce que vous lui fassiez part de vos attentes.

Et les causes de refus ? En partant du principe que votre demande est motivée, les raisons pour lesquelles votre entreprise peut refuser de vous augmenter sont au nombre de trois (non, la mauvaise foi ne compte pas !) :

  • la période : certaines entreprises ne sont ouvertes aux négociations salariales que pendant des périodes déterminées (généralement pendant les entretiens annuels, donc !)
  • le manque de crédits : si l’argument “C’est la crise” commence à se faire vieux, votre entreprise peut effectivement manquer temporairement de liquidités.
  • le pouvoir décisionnel : la personne à qui vous faites votre demande n’a pas le pouvoir d’y répondre, favorablement ou pas.

 

Demander une augmentation grâce à la CNV

Faire une demande en CNV s’effectue en 4 étapes simples.

 

Dans un premier temps, observez les faits : qu’est-ce qui motive votre augmentation ? (quand je vois que…)

En amont de votre demande, prenez le temps de rassembler toutes les raisons pour lesquelles cette augmentation est méritée : distinguez les objectifs atteints, chiffrez-les. Documentez-les de façon vérifiable et objective, trouvez des dates précises et rassemblez même, si vous le pouvez, les mails de remerciements et/ou de félicitations de vos supérieur.e.s, client.e.s et partenaires professionnels.

En somme, préparez un dossier un béton qui témoigne du travail effectué et de vos compétences.

 

Ensuite, reliez les faits à l’ensemble de votre carrière : où en êtes-vous dans votre parcours ? (…je ressens que…)

Établissez un bilan personnel de vos réussites et de vos échecs (oui, aussi !) : montrez que vous savez faire preuve d’un esprit critique et objectif, même sur vous-même. Pointez du doigt les leçons et enseignements tirés de vos erreurs et la manière dont vous les avez surmontées. Prouvez que vous êtes quelqu’un de fiable, à l’écoute et attentif.ve à la fois à votre carrière mais également à la bonne santé de votre entreprise. Vous êtes quelqu’un de valeur, qui fait réellement la différence !

 

Dans un troisième temps, énoncez vos besoins. Mais pas celui d’être augmenté.e ! (… parce que j’ai besoin de…)

Vous avez peut-être besoin d’argent et bien sûr, tout travail mérite salaire. Cependant, est-ce que votre augmentation de salaire ne recouvrerait pas d’autres besoins, plus personnels ? Vous pouvez par exemple avoir besoin de reconnaissance d’un travail accompli, un besoin de liberté et d’autonomie dans l’accomplissement de vos projets, ou encore un besoin de célébrer une réussite à laquelle vous avez contribué.

L’argent est un moyen, une évaluation, un échange entre le temps que vous dédiez à votre entreprise et les bénéfices qu’elle tire de votre travail. En demandant une augmentation, vous réajustez la valeur de chacune des parties.

 

Enfin, faites votre demande ! (…seriez-vous d’accord pour… ?)

La dernière étape, c’est la formulation de votre augmentation à proprement parler. Là encore, il y a quelques points à conserver à l’esprit :

  • votre demande doit être négociable : établissez une fourchette d’augmentation, fondée sur les faits documentés en votre possession.
  • votre demande doit être ouverte : ne donnez pas à votre interlocuteur.trice l’impression de le.la piéger. Vous entendrez probablement des arguments pour et contre.
  • votre demande doit être positive : exprimez ce que vous voulez et non pas ce dont vous ne voulez plus.
  • votre demande doit être réaliste et réalisable : adaptez-vous à votre entreprise, à vos conditions de travail.

Dans cette phase, c’est le début de ce qui est appelé en CNV la danse du dialogue, où chacune des personnes en présence tente de voir les choses du point de vue de l’autre avant de revenir à son argument initial pour le réviser ou le maintenir.

Le principal critère à garder en tête est celui de la connexion : au-delà de votre demande financière, qui peut rapidement devenir source de colère ou d’injustice (victime, bourreau, sauveur, vous vous souvenez ?), l’important est de maintenir le dialogue. Il est préférable d’accepter gracieusement un refus, en déterminant la prochaine période propice à une nouvelle demande d’augmentation, plutôt que de vous braquer et de réduire à néant vos chances.

 

A vous de jouer !

Comment allez-vous mettre en oeuvre la méthode CNV pour faire votre prochaine demande ? Avez-vous d’autres trucs à partager pour améliorer vos négociations ?

trouver-des-clients---bas-blog

 

abo-blog