Ne pouvant compter que sur lui-même, le consultant indépendant doit faire en sorte de générer un chiffre d’affaires suffisamment élevé pour subvenir à ses besoins et assurer le développement de son activité. Mais comment réussir à augmenter son CA quand on est seul aux commandes de son activité ? Par ailleurs, qu’est-ce que le portage salarial peut-il apporter au consultant à la recherche d’une bonne stabilité financière ?

Le CA, une affaire de survie pour le consultant indépendant

À l’image des entreprises, la viabilité de l’activité d’un consultant indépendant est intimement liée à son chiffre d’affaires. Un CA qui lui permet de se rémunérer, de payer ses diverses cotisations, de prendre des congés et d’investir dans du matériel, des outils de communication, des locaux plus valorisants… En d’autres termes, à moins d’être assis sur de solides bases financières, le consultant doit tout mettre en oeuvre pour réaliser un CA lui permettant de développer son activité, en s’appuyant notamment sur ses compétences, son réseau professionnel et ses aptitudes commerciales.

Pour fixer son TJM (taux journalier moyen), le consultant doit évaluer le revenu net visé, sachant qu’environ la moitié du chiffre d’affaires qu’il parviendra à générer sera reversé aux différents organismes sociaux, caisses de retraite, assurances… Autrement dit, s’il veut toucher une rémunération mensuelle nette de 2500 €, il doit viser les 5000 € de facturation.

Dans la pratique, réaliser un bon chiffre d’affaires est toutefois loin d’être aussi simple : beaucoup de consultants doivent en effet composer avec des revenus irréguliers, dus à une mauvaise stratégie commerciale, une demande fluctuante, une évaluation du temps consacré à la mission trop approximative ou, plus simplement, des retards de paiement.

Améliorer sa rémunération avec le portage salarial

Parmi les différentes possibilités de statuts qui s’offrent au consultant en devenir se trouve une option assez singulière, qu’il conviendrait toutefois de ne pas sous-estimer : le portage salarial !

En portage salarial, le consultant possède le statut de salarié. Une situation plutôt atypique qui permet néanmoins à celui-ci de profiter des avantages du salariat tout en bénéficiant d’une liberté d’entreprendre presque totale (seules certaines activités, notamment réglementées, sont exclues du dispositif). Maître de son activité, le consultant en portage salarial négocie ses honoraires directement avec sa clientèle, dont il est pleinement responsable. Il est cependant assisté par une équipe, dont le rôle est de prendre en charge ses obligations comptables et de le conseiller au quotidien.

Quelle rémunération peut toucher un consultant en portage salarial ? Environ la moitié de son CA.Proposé par le groupe Cadres en Mission, cet outil de simulation en portage salarial permet de calculer en quelques clics ses revenus mensuels dans le cadre de ce dispositif encore relativement méconnu.

Si le consultant en portage salarial doit reverser une partie de son chiffre d’affaires sous forme de  frais de gestion et de cotisations sociales, il peut en contrepartie :

  • demander le versement d’une avance sur salaire en cas de retard de paiement ;

  • lisser ses revenus en gérant le versement de ses salaires via un compte consultant ;

  • obtenir le remboursement d’une partie de ses frais de fonctionnement (non pris en charge par le client) ;

  • toucher une rémunération complémentaire par le biais de l’apport d’affaires ;

  • bénéficier de formations gratuites destinées à améliorer ses compétences commerciales et donc vendre ses prestations à un meilleur prix ;

  • accéder à une batterie d’outils afin de le préparer à répondre aux appels d’offres ;

  • mutualiser ses coûts de prospection avec d’autres consultants.

Sans compter les autres atouts liés au statut de salarié : protection sociale complète, mutuelle d’entreprise, allocations chômage, arrêts maladie…

Autant d’avantages auxquels bien peu de consultants en EURL, SASU ou en entreprise individuelle, pour ne pas dire aucun, peuvent tirer profit dans le cadre de leur activité !

Quelques conseils pour booster son CA !

Portage salarial ou pas, donner un coup de fouet à son CA lorsque l’on choisit le domaine du conseil, c’est aussi une affaire de bon sens. Voici quelques astuces que tout consultant indépendant ayant le désir de mieux gagner sa vie se doit de garder à l’esprit :

  • Ne vous lancez pas sans être sûr d’avoir au moins un client.

  • Portez une attention toute particulière aux conditions de paiement de vos interventions pour percevoir un revenu régulier.

  • Négociez systématiquement la prise en charge de vos frais de mission avec votre client.

  • Préparez bien vos rendez-vous en amont pour ne pas vous retrouver en situation de faiblesse.

  • Dans l’idéal, évitez de refuser une mission, sauf si les conditions ne vous conviennent pas ou que vous ne possédez pas les compétences nécessaires pour la mener à bien.

  • Fixez-vous un tarif plancher en dessous duquel vous vous refuserez de descendre.

  • Justifiez vos tarifs en mettant en exergue le retour sur investissement représenté par votre intervention.

  • Ne vous arrêtez jamais d’apprendre, par vos propres moyens ou en passant par la formation professionnelle, pour être en mesure d’accéder à des missions plus rémunératrices.

  • N’oubliez pas de prendre également en compte le temps que vous consacrez à vos déplacements, réunions téléphoniques, rédaction de comptes-rendus…

Maintenant que vous avez toutes les clés pour booster votre chiffre d’affaires, à vous de jouer !
Photo par Jeremy Bishop sur Unsplash

Trouver des clients par internet - téléchargement-guide

Co-fondateur de Neocamino.
Ma mission est de faire en sorte qu’internet soit un espace de communication maitrisé par tous les dirigeants de TPE/PME et entrepreneurs.